Le Président Macky Sall, un accident de l’histoire politique du Sénégal !

Un peuple impuissant est un peuple sans espoir ; les gens désespérés deviennent irrationnels par conséquent  peuvent avoir des comportements  désastreux pouvant affecter la marche d’un pays ou encore contribuer son instabilité.
Le peuple sénégalais en Mars 2012  était  animé d’un grand espoir en élisant Macky Sall. Aujourd’hui ce même peuple crie son désespoir  timidement à travers les  émissions « wax sa xalaat » « point de vue  » et ne cesse de dénoncer les scandales du régime de Macky Sall et de ses promesses non tenues à savoir:
-    A la place d’une Assemblée Nationale de rupture c’est une Assemblée qui déteste la transparence refusant que l’ARMP fouille sur sa gestion.
-    La crise de l’eau et les délestages intempestifs de l’électricité encore présent.
-    A la place de la bonne gouvernance c’est la prolifération des décrets d’avance des marchés de gré à gré, encouragée par le Président lui-même quand  il considère que le code de procédure de passation  des marches publiques est trop compliqué pour être suivi.
-    Les inondations et le chômage sont toujours à l’ordre du jour.
-    L’absence de dialogue politique et social.
-    L’impasse sur la traque des biens supposés mal acquis (plus d’un an d’enquête sans un seul jugement)
-    La couverture de maladie universelle  lancée en grand pompe mais cachant des
      Non-dits (qui ne se limitent qu’à la consultation sans une prise en charge totale du patient)
-    Le projet de report des élections locales par Mme le Premier Ministre pour des raisons de politique politicienne, une violation flagrante du calendrier républicain.
Face à tout cela le pouvoir fait la sourde oreille avec la complicité du silence de certains hommes politiques membres de BBY. Au regard de cette situation, on pourrait bien se demander si  le principal problème du Sénégal n’est pas Macky Sall lui même.
S’il est vrai que c’est  Dieu  qui choisit par le destin  quelqu’un pour diriger un pays pendant une période bien déterminée, il n’en demeure pas moins que le peuple n’a que le Président ou le leader qu’il mérite.
D’aucuns pensent que Macky est la personne qu’il fallait élire, d’autres pensent qu’il fallait choisir un moindre mal. Et pour citer un journaliste Sénégalais de la diaspora  qui disait : choisir entre WADE et Macky, c’est comme vouloir choisir entre Peste et Cholera.  Autrement dit Macky est-il devenu Président par accident?
Comment pouvons-nous expliquer l‘incapacité du  Président à bien gouverner ce pays ?
Pourtant Macky est connu pour son cursus politique fulgurant voire un habitué du pouvoir; mais il ne parvient toujours pas à capitaliser son expérience pour la mettre en exergue au service du pays. N’est  ce pas là une contradiction, lui qui parle de « yonnu yokuté »pour le pays ? Les causes peuvent être multiples mais nous pouvons en citer quelques unes d’ordre politiques :
-    Macky Sall a t-il le courage de dire non aux lobbies (financiers et autres...) ou à ses alliés qui lui imposent leurs intérêts qui ne sont pas forcement ceux de la nation ?
-     Macky se préoccupe t-il plus de l’assurance d’un second mandat plutôt que de la réalité  que vivent les populations au quotidien ?
-    Au lieu de s’ouvrir au pays développés acceptant un partenariat gagnant gagnant, il préfère plutôt se retourner vers le pays colonisateur pour permettre à ce dernier de récupérer ses avantages perdus.

A mon avis une telle ambition est  plus partisane que nationale car le fruit d’une telle politique ne profite qu’aux ayant parts du gâteau ETAT et développe par conséquent une société d’accaparement mais aussi renforce le creuset entre riches et pauvres.  Par ailleurs quelle lecture faisons-nous de l’adhésion  à l’APR, du ministre de la justice ?convictions politiques ou opportunisme au peuple de juger ? Mais une chose est certaine par cet acte posé, le ministre peut bien s’attendre à une instrumentalisation par l’exécutif, chef de l’APR.                                                                                                                        Face à tout cela, l’impuissance du peuple se met davantage en relief car il ne se constante à présent  que d’une amertume résignation. Mais attention  au syndrome  de l’Egypte, car une telle résignation peut bien se transformer en une « bombe latente ».Alors prions pour que cette dernière n’explose jamais puisque nous voulons un Sénégal de Paix. Pour ce faire il devient impératif  que le Président Macky Sall soit plus réaliste en acceptant  de remettre en cause sa vision pour se focaliser avec toutes les forces vives de la nation, sur de nouvelles orientations politiques ayant pour soubassement un projet de société pertinent à  l’image  du produit des Assises Nationales. Macky Sall doit cesser de perdre du temps en déplaçant les problèmes des populations sénégalaises au lieu de les résoudre.                                                                          Quelle honte quand le gouvernement se glorifie  de sa dette auprès du « club de Paris » au lieu de bâtir  un développement économique endogène en renforçant les (P.M.E) et en modernisant le secteur informel. Il s’agit là d’un patriotisme économique qui permettra de régler en grande partie  le chômage d’une part mais aussi cela permettra de s’ouvrir à de nouveaux bailleurs pour la majorité des nationaux afin de dire non au dicta de la banque mondiale et autres institutions financières internationales. Sachons le bien, ce n’est pas la bourse familiale de Macky (100.000f cfa  par an donc 273fca par jour) qui va éradiquer l’héritage de la pauvreté de père en fils comme le disait un conseiller du Président  à la télé. Mais c’est plutôt en appliquant le proverbe chinois «  au lieu de donner du poisson tous les jours il faut apprendre à pécher. »Il serait plus pertinent de développer des projets pouvant créer des sources de revenue aux enfants de ces familles bénéficiaires de  la bourse plutôt que de leur balancer une telle somme chaque année.                     Ce n’était pas de l’utopie quand les Assises Nationales disaient qu’il fallait une transition après Wade. En effet si Macky Sall au bout de 3 ans ne parvient pas à faire bouger les choses cela veut dire que le Sénégal va perdre 10 ans dans son développement. Puisque s’il est sanctionné en 2017 nous aurons perdu  5 ans et son successeur aura besoin d’une indulgence de 5 ans pour bien se mettre en place et là encore d’autres 5 ans perdus. Et si le Président Macky  Sall démissionnait au bout de 3 ans en organisant des élections présidentielles anticipées? Ce serait certes une folie pour les membres de son parti et pour ses alliés par contre aux yeux du monde entier ce serait  une preuve de patriotisme et d’humilité jamais égalée. Ainsi il marquera pour toujours l’histoire du Sénégal et de l’Afrique  à l’image de Senghor et de Mandela. Oui « Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu'on aime » (Jn 15,13)
Donc il n’ya pas de plus grand amour que acte de patriotisme que de reconnaitre  son incapacité à gouverner le pays  et de décider volontairement  de laisser la place à un autre compatriote a travers des élections anticipées et pourquoi pas combiner avec les locales de 2014 ? DENIS NDOUR
AIUSA
Email: \n Cet adresse mail est protégé contre les spambots. Vous avez d'activer le javascript pour la visualiser.


Lire la suite...